jeudi 19 octobre 2017

WOLFGANG NACHAHMER: Hexenkessel (2017)

“Hexenkessel is another special guest from SynGate which will be revealed on E-Live 2017. All I know is that it's a great vintage psychedelic Berlin School which unites the many faces of the 70's”
1 Der Garten der Träume 17:51
2 Vorwärme 4:39
3 Hexenkessel 15:39
4 Auf das neue Land 9:41
5 Schoß der Götter 8:03

SynGate CD-r WA01 (CD-r/DDL 55:53) ****
(Berlin School with psychedelic vibes)
In April 2014, SynGate had fun testing the knowledge of the hard and pure fans of the Berlin School genre by launching an album, Aus dem Nichts, conceived by a well-known artist and whose works were recognized by his colleagues and who has signed a mysterious album under the acronym of M.O.B.S. (Man Of Berlin School). About 30 months later, the German label reattempts the experiment with this album from a certain Wolfgang Nachahmer; a pen name this time for an artist well established on the international scene since decades. The press info gives us 2 indications: this artist wanted to make a solo album which would accentuate its affinities with the Berlin School genre. Thus, he is part of a band which does something else than EM. The pallet is wide and we can rule out Detlef Keller because he was the man behind M.O.B.S.! After some listening, the music of “Hexenkessel” dips actually into the Berlin School style, but a Berlin School which marinates in a more psychedelic approach with a beautiful use of synths and Mellotron. But no matter the identity, I find the idea of the thinkers at SynGate as much attractive as also very interesting.
A bed of reverberations, dosed well by fine modulations, and tears of synth which flow with the fluidity of beautiful ethereal solos; "Der Garten der Träume" puts at once my ears in these years where the solos of synth used to make the charms of an EM more drifting than rhythmic. The synth solos stream with the nobility of the art by sticking to it some nice fluty melodies. These solos dance and twist themselves with a duality in tones, while that quite slowly is drumming a structure of sequences in the kind of Picture Music from Klaus Schulze. In spite of the presence of these sequences and of some moments of intensity, "Der Garten der Träume" stays anchored well in its position of astral drifting. Banks of mist awakes an intensity which finds a partner in the vibrations of these sequences. While the solos undulate beneath the metallic jingles of percussive effects, the music seeks for a new partner with cosmic effects which lead "Der Garten der Träume" towards a finale more in ambiospherical mode. "Vorwärme" proposes a short phase of ambient music with all these cosmic effects of the 70's as well as murmurs and sighs of synth and Mellotron which win more in swiftness, as the music reaches its last seconds of cosmic drift.
A beautiful chant of Mellotron awakens the sequences of the Tangerine Dream style which will light the passion of the title-track. Well settled in its decoration of electronic effects, the structure of "Hexenkessel" goes up and down with the same ingenuity of the analog rhythms of the vintage years. At this level, the title is a real tribute to Tangerine Dream of the Phaedra years with good Mellotron and perfumes of guitar which is roaming in the background. Sometimes violent, sometimes misty and often unpredictable the music adopts the diverse gradations of the electronic hymns of that time. The sequencing pattern here is splendid and forges a structure in continual movement, even if the nuances abound in its rhythmic progression. After a good 8 minutes of big electronic rhythm, "Hexenkessel" finds refuge in a foggier zone with the somber harmonies of a very good Mellotron and odd percussive effects (that sounds like an old vinyl to often played and which has trouble with the ambient passages). This is highly addictive! "Auf das neue Land" brings us to another level of psychedelic music with manual percussions which drum around a campfire. Friends surround the percussionist, apparently stoned, and play the acoustic guitars and flutes. Other friends, just as much stoned, hum layers of faded voices while an ingenious among the gang plays synths without electricity. The whole thing gives a very lively acoustic music which spreads its charms under the concerto of stars and dusts of stars. One would say Pink Floyd, period Atom Heart Mother. After a short introduction of ambiences decimated by a fauna of colorful sound effects, "Schoß der Götter" burst with a movement of limp from the sequencer which loses the rhythmic guides in a line of quick and tenacious oscillations. The variations of sinusoidal waves draw a steady race which doesn't feel the need to breathe, the oxygen being assumed by the acrobatic solos of a synth in mode psychedelic gas. It's a good vintage rhythm with a beautiful correlation between the various layers of synth with tones always so ill-assorted. The storm of the oscillations subsides in a finale of soft perfumes of transcendental rest unique to the esoteric ideology of the LSD years. A real return in time my friends! Hey that I look forward for Saturday October 21st 2017.

Sylvain Lupari (October 19th, 2017)
synth&sequences.com
You will find a way to purchase this album on SynGate Bandcamp page
here
______________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
______________________________________________________________________________________
En Avril 2014, SynGate s'amusait à tester les connaissances des fans purs et durs du genre Berlin School en lançant un album, Aus dem Nichts, conçu par un artiste reconnu mondialement et qui signait l'album sous l'acronyme M.O.B.S. (Man Of Berlin School). Quelque 30 mois plus tard, le label Allemand retente l'expérience avec cet album de Wolfgang Nachahmer; un pseudonyme cette fois-ci pour un artiste toujours bien établi à l'international depuis des décennies. La revue de presse nous donne 2 indices: cet artiste voulait faire un album en solo qui mettrait en relief ses affinités avec le genre Berlin School. Donc, il fait partie d'un groupe bien établi qui fait autre chose que de la MÉ du style Berliner. La palette est large et on peut écarter Detlef Keller puisqu'il était l'homme derrière M.O.B.S.! Après quelques écoutes, la musique de “Hexenkessel” trempe effectivement dans le genre Berlin School, mais un Berlin School qui marine dans une approche plus psychédélique avec une belle utilisation des synthés et du Mellotron. Mais peu importe l'identité, je trouve l'idée des penseurs chez SynGate aussi séduisante que très intéressante.
Un lit de réverbérations, bien dosées par de fines modulations, et des larmes de synthé qui coulent avec la fluidité de beaux solos éthérés; "Der Garten der Träume" place tout de suite mes oreilles dans ces années où les solos de synthé faisaient les charmes d'une MÉ plus planante que rythmique. Les solos de synthés affluent avec la noblesse de l'art en se collant à des mélodies flûtées. Ces solos dansent et se tordent avec une dualité dans les tons alors que tout doucement tambourine une structure de séquences dans le genre Picture Music de Klaus Schulze. Malgré la présence de ces séquences et des quelques moments d'intensité, "Der Garten der Träume" reste bien ancré dans sa position de dérivation astrale. Des bancs de brume allument une intensité qui trouve un partenaire dans les trépidations de ces séquences. Alors que les solos ondulent sous les cliquetis métalliques des effets percussifs, la musique cherche un nouveau partenaire avec des effets cosmiques qui amènent "Der Garten der Träume" vers une finale plus en mode ambiosphérique. "Vorwärme" propose une courte phase en mode musique ambiante avec tous ces effets cosmiques des années 70 et des murmures et soupirs de synthé et Mellotron qui gagnent plus en vélocité à mesure que la musique atteint ses dernières secondes de dérivation cosmique.
Un beau chant de Mellotron éveille les séquences du style Tangerine Dream qui allumeront la passion de la pièce-titre. Bien installé dans son décor d'effets électroniques, la structure de "Hexenkessel" monte et descend avec la même ingéniosité des rythmes analogues des années vintages. À ce niveau, le titre est un véritable hommage au Tangerine Dream des années Phaedra avec du bon Mellotron et des parfums de guitare qui traînent dans le décor. Tantôt violente, parfois nébuleuse et souvent imprévisible la musique épouse les diverses gradations des hymnes électroniques de l'époque. Le jeu du séquenceur ici est splendide et forge une structure en continuel mouvement, même si les nuances abondent dans son déroulement rythmique. Après un bon 8 minutes de grand rythme électronique, "Hexenkessel" se réfugie dans une zone plus brumeuse avec les sombres harmonies d'un très bon Mellotron et d'étranges effets percussifs (on dirait un vinyle qui supporte très mal les passages ambiant). "Auf das neue Land" nous amène vers un autre niveau de musique psychédélique avec des percussions manuelles qui tambourinent autour d'un feu de camp. Des amis entourent le percussionniste, visiblement inspiré par une matière douteuse, et jouent de la guitare acoustique et des flûtes. D'autres amis, tout aussi bien gelés, fredonnent des nappes de voix éteintes alors qu'un ingénieux parmi la gang joue des synthés sans électricité. Le tout donne une musique acoustique bien vivante qui étend ses charmes sous le chant des étoiles et des poussières d'étoiles. On dirait du Pink Floyd, période Atom Heart Mother. Après une courte introduction d'ambiances décimées par une faune d'effets sonores bigarrés, "Schoß der Götter" éclate avec un mouvement de clopinement du séquenceur qui perd les guides rythmiques dans un filon d'oscillations vives et tenaces. Les variations d'ondes sinusoïdales dessinent une course soutenue qui ne sent pas le besoin de respirer, l'oxygène étant assumé par les solos acrobatiques d'un synthé en mode gaz psychédélique. C'est du bon rythme vintage avec une belle corrélation entre les différentes couches de synthé aux tonalités toujours aussi disparates. La tempête des oscillations s'affaisse dans une finale aux doux parfums de repos transcendantal unique à l'idéologie ésotérique des années LSD. Un vrai retour dans le temps mes amis! Eh que j'ai hâte à samedi le 21 Octobre 2017.

Sylvain Lupari (19/10/2017)

3 commentaires:

  1. Bonjour Sylvain,
    Ce n'est pas un commentaire en particulier sur cet album mais je n'ai pas trouvé comment faire autrement. Je suis bien content d'avoir retrouvé tes chroniques ici ! Elles sont de vraies boussoles pour moi qui suis fan de mé Berlin School. Quelque chose me manque beaucoup, c'est la notation... Malgré ce qu'elle peut avoir de subjectif, elle permet au final de savoir si tu penses que l'album est bof, moyen, bon, formidable ou génial... car ce n'est pas évident de lire entre les lignes. Bref ça serait super si tu pouvais proposer une note synthétique !
    Au plaisir,
    Rudiger

    RépondreEffacer
  2. Allo :-)
    Peut-être que ma façon est plus discrète mais je mets des étoiles à côté du temps de CD. Celui-ci en a 4 sur 5, mais je vais tenir compte de ta remarque et penser à quelque chose de plus évident. Des suggestions?
    Je suis bien content de pouvoir t'aider
    Mille mercis pour tes commentsires
    Sylvain

    RépondreEffacer
  3. Allo !
    Merci pour ta réponse. Effectivement c'est discret je n'avais pas vu :p Mais l’existence d'une échelle d'appréciation est une très bonne nouvelle !
    C'est sur 5, hum on n'a pas cette info, je le note en tout cas. Dommage que ça ne soit pas sur 6 pour être sur la même échelle que toutes tes appréciations précédentes sur GoD ? (Car du coup on ne peut pas comparer. Mais un 4 sur 5 c'est mieux qu'un 4 sur 6 logiquement...).
    Une solutions ? Je ne sais pas trop quelle est ta latitude pour un truc en format image sur le blog. Mais quelque chose avant ta signature (à la fin du texte quoi ;) serait plus visible. Et par exemple si c'est 3 sur 5, et bien 3 étoiles rouges suivi de deux noires ? :)
    Amicalement,
    David (en vrai)

    RépondreEffacer